Holi TeamLes vidéos d'HoliContact

Versailles au pas de course

Avant la visite :

Comme beaucoup de musées à Paris et ses alentours, l’entrée est gratuite pour les moins de 26 ans résidant en Europe. Plutôt sympa, non ? Mais pour autant, il faut quand même prendre des billets, et là déjà pour éviter la queue de la billetterie, pensez à réserver et imprimer vos billets juste ici

Cibler les lieux : 

Il est 10h00 : billet en main, une journée au pas de course va commencer. 

À la base, j’étais surtout venue pour l’exposition « Fêtes et divertissements à la cour », mais j’avais quand même dans l’espoir de voir un peu plus que cela. Et finalement pour cette exposition 1h30 suffit !

Il y a l’incontournable parcours : appartement du roi, de la reine, galerie des glaces. Inévitable si vous n’êtes jamais allé à Versailles. Comptez une bonne heure et demie pour parcourir toutes les pièces. 

Si on fait cela, on arrive à peu près à l’heure du repas. Alors, soit vous êtes en été et on fait un petit pique-nique dans le parc. Ou si il fait super froid on se met au chaud dans un restaurant. Et là pas de panique, il n’en manque pas, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du château. Dans un rayon de 5 minutes à pied vous trouverez votre bonheur. 

Les jardins en Hiver ? 

Bon, ok, c’est pas magnifique, beaucoup de statues sont bâchées… Mais tout de même… c’est une ambiance particulière qui envahie les parcs, et je n’ai pas été déçue.

Enfin bon, pas de longue balade dans les jardins, il fait froid quand même !

Alors, là si vous avez pu bénéficier du tarif - de 26 ans vous pouvez poursuivre gratuitement votre visite au Grand Trianon, un autre visage de Versailles. Plus intimiste, plus calme, plus proche de nous aussi, mais tout autant merveilleux. 

Et là, il devrait à peu près être 16h30, juste le temps de traverser les jardins et de filer faire un tour à la boutique souvenir et prendre des dernières photos.

Ça y’est il est plus de 17h00, on se retrouve derrière les grilles de cette grande demeure. Le bond dans le temps s’arrête ici.

Article rédigé par :
Lisa LAMORLETTE

Commentaires