Visiter notre boutique !
Holi TeamLes vidéos d'HoliContact

La vraie vie me manquait - Pourquoi j'ai supprimé mon compte Instagram ?

Aujourd'hui je vous propose un article qui change un peu de ce que j'ai l'habitude de proposer sur Holi. Un peu plus de lignes, peut-être toujours futile mais pourtant, j'avais vraiment envie de vous en parler.

Déjà, je pense que certains se disent « c’est l’Hôpital qui se fout de la charité, un média archi connecté comme Holi Rose, vient pointer du doigt un réseau social ». Je dois dire que je ne pense pas que ces deux idées soient antagonistes. En effet, aujourd’hui je ne viens pas dénoncer la plateforme en soit, mais l’utilisation malsaine que j’en faisais. Je ne veux pas parler du compte Instagram d’Holi, bien qu’il soit contestable, c’est de mon compte personnel, celui de Lisa. 

J’aurais pu faire un article très journalistique, en pointant du doigt les déboires de cette jeunesse accro aux réseaux sociaux. Mais loin de moi cette idée, d'autant plus que j'en fais partie ! J’ai voulu m’intégrer dedans, non pas par narcissisme (enfin j'espère ahah), car je suis à la fois victime de cela mais surtout actrice. 

Tout d’abord, il me paraît important de poser le diagnostique, du moins quel était mon profil. Pour la faire courte j’étais accro : 1 000 abonnés, environ 3 publications par semaines, les yeux rivés sur les stories toutes les heures, et surtout je suivais des centaines de personnes que je n’avais jamais rencontré dans la « vraie vie »

Bien heureuse ainsi, je partageais des photos de moi, de mon petit-ami, de mes vacances, des lieux que je visitais. Sans compter les stories que j’alimentais à gogo : photo de mes révisions, photo de mes gambettes sur le tapis de sport, photo d’un verre partagé avec ma meilleure amie… 

Sans m’en rendre compte, je médiatisais ma vie, je la mettais en scène pour la rendre publique

Mais, POURQUOI ?

Je vais essayer de ne pas trop intellectualiser mon comportement, mais je vais tout de même chercher à le comprendre, à mettre des mots dessus. 

Avec un tout petit peu de recul, je pense que cette mise en scène était un moyen pour moi de dire : « Pssst, regardais ma vie est cool. J’arrive à tout gérer à la fois : amis, études, sorties, couple, milieu pro… »

Sans doute, j’avais envie d’être parfaitement rangée, parfaitement dans le moule de toutes ces instagrammeuses — influenceuses qui croient partager des ondes positives avec leurs abonnés. Mais en réalité ce sont des désillusions qu’elles nous balancent en pleine face. Mais comment leur en vouloir… On est dans ce monde là, on est dans ce paraître. Regardez, tout le monde pointe du doigt la télé réalité, mais ne faisons-nous pas la même chose sur nos réseaux sociaux ? 

Aussi, Instagram était un moyen pour moi de connaître la vie des gens. Et en l’écrivant je me rends compte à quel point c’est une idée malsaine. Car oui, comme beaucoup je suis une reine du stalkage, à feuilleter les profils qui sont en fait nos vitrines. À baver sur le bonheur de gens avec qui je n’ai pas forcément d’affinité, mais aussi ceux que je ne connais pas. 

Et ce que je faisais, d’autres le faisaient sur mon profil richement documenté où l’on était au courant de mes moindres faits et gestes. Alors, à un moment pourquoi partager des griefs de vies avec des gens qui ne nous connaissent pas ou qui ne sont pas des amis ?

Les amis, venons en… C’est tout con, mais en supprimant mon compte je me suis dit : « Mince, je ne serais plus au courant de tout ». Et c’est là que l’on se rend compte que l’heure est grave ! Je pense que l’on a perdu ces véritables liens ; il m’est arrivé d’apprendre des choses sur Twitter ou Insta avant même que mon ami me l’ait annoncé, vous savez le fameux sms qu’on envoie : « Pourquoi ton tweet ? Pourquoi ta story ? Ou encore j’ai vu sur snap t’es où ? ». Et loin de moi l’idée de condamner ceux qui font ça. Je l’ai fait aussi : mettre des grandes annonces publiques, style « Semestre validé ! », alors que je n’ai même pas pris la peine d’envoyer un message à ceux que j’aime. 

Pourquoi j’ai besoin de publier des photos de moi ? Besoin de reconnaissance peut-être ? Ça fait du bien de lire : « t’es belle ma chérie ». Mais sincèrement, un compliment en face to face de votre meilleure pote ça vaut pas mieux qu’un putain de commentaire ?

Croyez-moi, je ne veux vraiment pas être donneuse de leçon. Mais j’aimerais, pour ceux qui en ont envie, que vous réfléchissiez au temps que vous perdez là-dessus, sur ces réseaux sociaux. Je ne prétends pas réussir à m’en débarrasser, je cumule tout de même Facebook, Twitter et Snapchat. C’est trop, et je le sais. 

Mais demandez-vous pourquoi vous mettez en scène votre vie et ce que cela vous apporte.

N'oubliez pas que nous pouvons discuter de tout cela dans les commentaires.
Je vous embrasse !

Article rédigé par :
Lisa LAMORLETTE

Commentaires