ReportageCatégorieLocalitésContact
No items found.

DIRECT

Cyril MdC

Culture & Loisirs

Bruxelles : Retour sur le festival La Semo

« La Semo signifie ‘La Graine’ en Esperanto. » Décidément, les belges ont un sacré savoir-faire en ce qui concerne l’organisation de festivals. La semaine dernière, on vous présentait Couleur Café, l’une des manifestations culturelles les plus attendues de Bruxelles, et il s’agissait déjà d’un coup de cœur. C’était sans compter sur cette nouvelle découverte, une expérience en dehors de l’espace-temps, ou plutôt avec sa propre temporalité, sa propre perception de l’espace et un « esprit » que d’aucuns qualifieront d’unique.

Culture & Loisirs
Rédigé par
Manon Collin & Cyril Meniolle de Cizancourt
Article publié le
26/12/17

On vous parle d’esprit - et on le met même entre guillemets - car c’est bien ce que nous propose le festival La Semo, auquel on a eu la chance de participer à l’occasion de son dixième anniversaire, du 7 au 9 Juillet 2017.

La Semo est un rendez-vous annuel pluridisciplinaire qui a pris racines depuis cinq ans au cœur du magnifique Parc du château d’Enghien, à 40km au sud-ouest de Bruxelles et quasi à cheval sur la frontière linguistique qui sépare la Flandre de la Wallonie. L’initiative est passée de 4 500 visiteurs pour sa première édition à près de 30 000 fidèles impatients de découvrir ce qui les attend d’une année à l’autre. Musique, arts de rue ou de la scène, théâtre, contes, gastronomie, une foire, une guinguette, un cinéma… La Semo regorge de surprises, de recoins et d’incongruités. Il est à la fois un parc d’attraction, le lieu des loisirs familiaux, la réunion des teufers invétérés et le rendez-vous des flaneurs en tout genre. On y danse, on y joue, on y dort. On s’y rencontre et on s’y époumone.

‍LaSemo 2017 – Parc du Château d’Enghien – La Guinguette, samedi soir. Crédit : Cyril MdC

Mais ce qui impressionne le plus, de prime abord, c’est le nombre de familles et de femmes enceintes qu’on y croise. Vous nous direz : « Est-ce vraiment une bonne nouvelle, des petites têtes blondes qui courent partout ? Des poussettes multifonctions dépliables et qui gênent le passage ? Est-ce que le festival n’est pas justement le lieu du laisser-aller, où l’on peut boire le verre de trop et fumer sa clope tranquille, sans se soucier du regard de parents inquisiteurs ? » Et bien non. La force de La Semo, c’est justement cette mixité des publics, des genres et des personnes. On prend trop souvent le sujet dans l’autre sens : d’abord la fête, ensuite les familles. On pense trop souvent que c’est incompatible. Ici, tout le monde trouvera son bonheur sur un même pied d’égalité. Les espaces sont clairement définis et pour autant totalement ouverts, les publics se mélangent, cohabitent et respectent la poussette et l’humeur du voisin. Cette acceptation de l’autre doit aussi beaucoup au fait que le festival est très bien séquencé. Les familles seront effectivement très présentes en fin de matinée et l’après-midi. Mais le soir, c’est tout autre chose. L’installation de trois campings distincts vient parachever cet effort dédié à la cohabitation et au bien-être. Un camping famille, un camping zen et un camping festif. Tout est dans le nom.

Contrairement à bon nombre de festivals, on ne retient pas uniquement La Semo pour sa programmation. Ce que les dizaines de milliers de fidèles apprécient, c’est davantage cet « esprit » partagé, solidaire et qui semble inébranlable. On a l’impression de faire partie d’une famille dont chaque membre trouvera toujours de quoi s’occuper : un concert, une pièce de théâtre, un jeu de société ou en plein air, un massage, voire même un jaccuzzi au bord du lac.

‍LaSemo 2017 – Le Lac, Parc du Château d’Enghien – Très tôt le dimanche matin. Crédit : Cyril MdC

‍LaSemo 2017 – Parc du Château d’Enghien – Au bord du Lac.  Crédit : Cyril MdC

Le génie du lieu apporte aussi sa pierre à l’édifice. Imaginez-vous un jardin classique immense (partiellement dédié à notre événement) autour de son château Renaissance. Un vestige d’une époque faste avec ses plates-bandes fleuries, ses écuries,  sa forêt majestueuse et ses arbres centenaires, son lac, ses étangs, ses canaux… Il est rare et appréciable de s’approprier aussi rapidement, le temps d’un weekend, un lieu patrimonial exceptionnel. Malgré la monumentalité du site, les deux scènes ne sont pourtant pas si éloignées l’une de l’autre. Elles délimitent le terrain de jeu où se sont implantés d’une part les très nombreuses performances, et d’autre part les associations, les artisans, les food-trucks et tous types d’acteurs du territoire. La Semo démontre également, à travers cette très belle gestion de l’espace, la capacité d’un événement de grande envergure à respecter son environnement. Le festival a d’ailleurs été primé à plusieurs reprises. Il est un des premiers en Belgique – et même en Europe – à faire usage de gobelets en plastique consignés, de toilettes sèches, et de tout autre type d’initiatives permettant d’inscrire la démarche dans un respect du développement durable. Une chose est sûre, La Semo n’est pas avare et ne tire pas la couverture. Il permet à chacun de s’exprimer et fait la part belle aux artistes et aux initiatives sociales et culturelles, quelles que soient les disciplines. Cet état d’esprit est sans doute lié à la nature-même de l’événement et son histoire, en très grande partie bénévole.

En ce qui concerne la programmation, nous avions tout de même envie de vous livrer nos petits coups de cœur. Nous n’avons pas assisté à tout le festival mais on peut tout de même saluer la diversité des styles et la mixité des performances. Sans avoir toujours pu en profiter, on peut tout de même citer : Asaf Avidan, Cocoon, Babylon Circus, Saule ou encore les Fatals Picards. De notre côté, nous avons pu assister le samedi soir au concert de Hooverphonic, sorte de pop dopée à la trip-hop et dont nous sommes tous capables d’entonner le tube « Mad About You ». Le groupe belge nous a offert une très belle prestation, joliment orchestrée à l’aide d’une section corde et parfaite pour un apéro conviviale, sans forcément déchaîner les foules. Nous avons également pris beaucoup de plaisir à assister aux spectacles d’art de rue, comme notamment les acrobaties des québécois « Les Dudes », les rêveries funambulaires de « Renverse » ou encore les diverses fanfares qui déambulent sur le site, comme les excellents performeurs du Gustave Brass Band. On retiendra enfin ce lieu fantastique par sa simplicité et son audace : La Guinguette. Un cirque de verdure où la fontaine asséchée, véritable bassin, laisse place à un bal coloré et populaire. Tantôt théâtre des balades folk du crooner lover Peter Harper (oui, le petit frère de Ben) l’après-midi, et discothèque ahurissante la nuit, avec dj sets et bières artisanales à foison. Big up spécial pour ce bon vieux Peter, qui finira par descendre dans la foule pour embrasser tout le monde.

‍LaSemo 2017 – Parc du Château d’Enghien – Récup & Foodtrucks. Crédit : Cyril MdC

‍LaSemo 2017 – Parc du Château d’Enghien – L’Amusoir, espace de jeu devant le Château.  Crédit : Cyril MdC

On pourrait aussi vous parler du Cabaret, qui propose plusieurs formules : de la petite enfance au fameux Cabaret Coquin (plus tard dans la nuit). On pourrait s’attarder sur la Tour des Contes où les compagnies se succèdent pour nous raconter des histoires et des légendes allaitantes dans un cadre somptueux. On pourrait vous décrire en détail les dizaines et les dizaines de jeux et d’inventions que proposent L’Amusoir, sorte d’espace polyvalent, en plein cœur du site, et qui ne désemplit jamais de curieux, quel que soit leur âge. On pourrait enfin vous présenter L’Espace Zen ou Le Pays des Merveilles, autant de noms évocateurs, un brin fantastiques et tout à fait propos, qui permettent à chacun de profiter pleinement du temps qui passe et du soleil radieux.

On se sent beau à La Semo, on se sent bien au Parc d’Enghien.  Merci à Nathan et à l’ensemble de l’organisation pour cette très belle découverte, pour leur investissement fructueux et pour cette démarche exemplaire, et à l’année prochaine !

Partager cet article:
Réagissez a cet article !
Plus d'articles de cette catégorie