ReportageCatégorieLocalitésContact
No items found.

DIRECT

Martin Bureau – AFP

Politique

Présidentielle 2017 – La semaine agitée de François Fillon !

Une semaine agitée pour le candidat à la présidentielle François Fillon.

Politique
Rédigé par
Matthias THIRIAT
Article publié le
29/9/17

« Je suis à 91 mille lieues sous la merde », cette phrase du groupe PNL, inspiré du roman de Jules Vernes, pourrait à coup sûr résumer la situation politique de François Fillon. On vous résume la folle semaine du candidat de la droite et du centre.

 

Mercredi, François Fillon a dû s’expliquer. Alors qu’il devait se rendre au salon International de l’Agriculture, sa visite fut reportée pour une conférence de presse à son QG de campagne. Entouré des cadres du parti « Les Républicains », il a alors confirmé devant les journalistes, sa convocation par les juges en vue d’une mise en examen et a rappelé qu’il ne renoncerait pas à sa candidature. Mais au delà de ces informations, ce qui est important ce sont les mots et les termes employés par le candidat pour dénoncer ce qu’il considère comme « un assassinat politique ».

 

En effet, depuis le début du mois de février, François Fillon dénonce "un coup d'Etat institutionnel" orchestré, selon lui, par la gauche au pouvoir, et s'en prend à l'institution judiciaire et aux médias. Il poursuit donc sur sa lancée : "Cette convocation s'inscrit dans la ligne d'une enquête menée depuis le début exclusivement à charge." "Je n'ai pas été traité comme un justiciable comme les autres". "La présomption d'innocence a complètement et entièrement disparue."  Et d’affirmer : "Par ce déchaînement disproportionné, sans précédent connu, par le choix d'un calendrier, ça n'est pas seulement moi qu'on assassine, c'est l'élection présidentielle." Comme quinze jours plus tôt, il lance à nouveau un appel aux électeurs : "Au-delà de la procédure judiciaire, c'est au peuple français et à lui seul que j'en appelle désormais (...) parce que seul le suffrage universel et non pas une procédure menée à charge peut décider qui sera le prochain président de la République."

 

Cet appel, François Fillon pourra en mesurer l’impact, dès cette après midi au Trocadéro à Paris, où il a donné rendez-vous aux français, pour soutenir sa candidature. « C’est un rassemblement de soutien à François Fillon, ce n’est pas un rassemblement contre les juges, mais un rassemblement pour sa candidature », a précisé le député LR Jérôme Chartier, conseiller spécial de François Fillon. Le vainqueur de la primaire doit également faire face aux nombreux élus et cadres qui abandonnent le navire, en pleine tourmente. Ils sont, d’après le « compteur des lâcheurs de Fillon » du journal Libération : 258. Reste à savoir comment le parti va gérer cette affaire, le nom d’Alain Juppé est déjà pressenti comme remplaçant de François Fillon.

Partager cet article:
Réagissez a cet article !
Plus d'articles de cette catégorie