ReportageCatégorieLocalitésContact
No items found.

DIRECT

Faits Divers

Meurtre à Vitry le François, 4 personnes déférées

Suite à la fusillade du 15 juin à Vitry le François, le procureur de la république communique.

Faits Divers
Rédigé par
La rédaction
Article publié le
20/6/18

Le parquet de Reims, en application des dispositions de l’article 11 du code de procédure pénale, entend apporter les informations suivantes:

A la suite du meurtre et de la tentative de meurtre perpétrés dans le quartier Rome St Charles à Vitry le François (51) dans la soirée du 15 juin 2018, respectivement sur Morad et Abdelhakim Chegrouche , le parquet de Reims, à la suite du dessaisissement du parquet de Châlons en Champagne, compte tenu du caractère criminel du dossier, a ouvert ce jour une information judiciaire des chefs d’assassinat (c’est à dire meurtre avec préméditation) , tentative d’assassinat et complicité de ces 2 crimes.

4 personnes appartenant à la même famille ont été déférées devant un juge d’instruction, 3 majeurs âgés de 24 à 38 ans, et un mineur de 17 ans.

2 des 3 majeurs ont des antécédents judiciaires, déjà condamnés pour des faits d’atteintes aux personnes, atteintes aux biens , infractions routières, infractions économiques et financières ou encore infractions à la législation sur les produits stupéfiants.

Un majeur et le mineur n’ont jamais été condamnés.

Deux des majeurs ont été mis en examen des chefs d’assassinat et tentative d’assassinat. Le 3e majeur et le mineur ont été mis en examen des chefs de complicité d’assassinat et complicité de tentative d’assassinat, conformément aux réquisitions du parquet de Reims.

Les 4 mis en cause , qui ont demandé un délai pour préparer leur défense, ont été provisoirement incarcérés par le juge des libertés et de la détention , conformément aux réquisitions du parquet de Reims, dans l’attente du débat sur leur éventuel placement en détention provisoire qui devra intervenir dans un délai maximum de 4 jours.

Les 3 majeurs encourent la réclusion criminelle à perpétuité.Le mineur encourt une peine de 20 ans de réclusion criminelle, sauf si l’excuse de minorité n’était pas retenue: en ce cas il risquerait jusqu’à 30 ans de réclusion criminelle.

L’enquête, à présent dirigée par un juge d’instruction du pôle criminel de Reims, est confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Reims.

Communiqué de presse du Procureur de la république de Châlons en champagne.

Partager cet article:
Réagissez a cet article !
Plus d'articles de cette catégorie