ReportageCatégorieLocalitésContact
No items found.

DIRECT

doctissimo

Sciences & Santé

Les adolescentes françaises sont trop maigres

La maigreur ne cesse de progresser depuis quelques années. En cause, probablement les photos de mode et les mannequins.

Sciences & Santé
Rédigé par
Audrey TAISANT
Article publié le
9/11/17

Près de 20% des ados âgées de 11 à 14 ans sont trop maigres selon une étude de l’Agence Sanitaire de Santé Publique de France, publiée il y a quelques jours. Les chiffres du surpoids et de l’obésité sont quant à eux stables. Il y a dix ans, elles étaient seulement 4% à l’être.

Selon Benoît Salanave, de l’unité de surveillance nutritionnelle, les causes ne sont pas suffisamment définies pour affirmer quoi que ce soit, même si la maigreur des mannequins ou les challenges minceurs sur internet y sont certainement pour quelque chose. Il se veut aussi rassurant, en précisant que ce n’est pas de l’anorexie, simplement un poids un peu en dessous de la normale.

Ces chiffres seront surtout utiles pour le ministère de la santé qui, jusqu’à présent, s’intéresse surtout au surpoids et à l’obésité, quitte à délaisser un peu la maigreur.

 

Une loi santé votée récemment encadre maintenant les pratiques du milieu de la mode : les mannequins doivent fournir un certificat médical attestant qu’elles ne sont pas en situation de maigreur, et une mention « photo retouchée » doit apparaître sur celles-ci si elles ont été modifiées. Avec cette nouvelle loi, le gouvernement espère que les jeunes filles ne prendront pas de mauvais modèles pour leur santé.

 

L’obésité est quant à elle stable en France, malgré son augmentation dans le reste du monde, notamment aux Etats-Unis. Le surpoids chez les enfants français a même légèrement diminué, passant d’environ 17% en 2006, contre environ 16% en 2015.

Concernant les adultes, 37% des hommes et 27% des femmes sont en surpoids. 17% d’entre eux, sexes confondus, sont touchés par l’obésité.

Le surpoids et l’obésité ont tendance à augmenter avec l’âge, et le niveau social. Les personnes diplômées et avec des revenus stables sont moins touchées par les problèmes de poids que les personnes au chômage.

 

Depuis 16 ans le ministère de la santé surveille les tendances pondérales des français dans le but de mettre en place des stratégies adaptées pour combattre le surpoids, l’obésité, mais aussi maintenant la maigreur.

Partager cet article:
Réagissez a cet article !
Plus d'articles de cette catégorie