ReportageCatégorieLocalitésContact
No items found.

DIRECT

Société

Depuis le mardi 6 novembre, les femmes travaillent « gratuitement » jusqu’à la fin de l’année

L'inégalité salariale entre les sexes est toujours d'actualité en 2018 !

Société
Rédigé par
Lisa LAMORLETTE
Article créé le
November 9, 2018

Cela paraît incroyable, et pourtant… Depuis le mardi 6 novembre, les femmes travaillent « gratuitement » jusqu’à la fin de l’année, en comparaison aux hommes. Ce constant aberrant nous a été transmis par le collectif « Les Glorieuses » qui a fait ce calcul à partir des chiffres d’Eurostat.

Lorsque l’on compare les salaires entre les femmes et les hommes, on note une différence de 15,2% en France. Ainsi, c’est comme si les femmes travaillaient gratuitement pendant une quarantaine de jours par an…

Un constat incroyable au regard de la loi… Si l’on prend en compte la loi du 24 décembre 1971, le premier article nous dit : « Tout employeur est tenu d’assurer, pour un même travail ou pour un travail de valeur égale, l’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes. »

Alors, comment expliquer cette inégalité salariale ?

Les explications sont diverses : les femmes privilégieraient les emplois à temps partiel, feraient moins d’heures supplémentaires. Aussi, les femmes auraient moins accès aux emplois les plus rémunérateurs alors qu’elles sont plus diplômées en moyenne. Les stéréotypes persistent, il existe des catégories de métiers en apparence réservées aux femmes. On peut aussi s’interroger sur le poids de la société qui limiterait les ambitions des femmes. Enfin, il ne faut pas négliger la discrimination salariale pure qu’aucun élément ne peut expliquer. La qualité du travail des femmes n’étant pas valorisé à sa juste valeur.


Qu’en est-il pour la région Grand-Est ?

Selon les dernières analyses de l’Insee, ces inégalités salariales sont parmi les plus importantes de France, dans le Grand Est. En moyenne, en 2015, les femmes gagnaient entre 16 et 18% de moins que les hommes en Champagne-Ardenne (18% dans les Ardennes, 18,4% dans l'Aube, 18,3% dans la Marne et 16,3% en Haute-Marne).

Partager cet article:
Réagissez a cet article !
Plus d'articles de cette catégorie