ReportageCatégorieLocalitésContact
No items found.

DIRECT

Image Josep Lago/AFP

Sécurité

Barcelone : Le récit d'une nuit d'horreur

Jeudi 17 août, une fourgonnette a percuté des dizaines de personnes dans l’une des avenues bondées de la ville, tuant de ce fait 14 personnes et en blessant 130 autres.

Sécurité
Rédigé par
Nicolas BEL
Article publié le
11/11/17

Jeudi 17 août, aux alentours de 17h15, une camionnette s’engage pour 530 mètres sur l’avenue la plus touristique de la ville, La Rambla. Le conducteur fonce alors sur la foule en « zig-zag » percutant des dizaines de personnes. Le service communication de la police catalane annonce alors une « collision massive sur La Rambla ».

Il est environ 17h30 lorsque de nombreux médias internationaux relaient l’information partout autour du monde.

À 17h50, la police catalane annonce sur les lieux du drame qu’une « attaque terroriste » était « confirmée » tandis que la place voisine Plaza Catalunya et les alentours sur un rayon de 200 mètres se font évacuer. De nombreuses images émergent alors des réseaux sociaux, démontrant l’ampleur de cette attaque, et montrant également des personnes retranchées dans des magasins proches du lieu du drame. Le premier ministre espagnol affirme sur son compte Twitter être en contact avec « toutes les administrations ».

18h, la police espagnole annonce qu’elle recherche un homme d’environ 1,70 mètre, habillé d’une chemise blanche à rayures bleues. Plusieurs témoins évoquent alors un bilan en constante augmentation, parlant de dizaines de blessés, et d’une personne tuée. Le président de la Generalitat, le gouvernement catalan, appelle sur twitter à une « prudence maximale » après cet attentat.

À 18h05, plusieurs sources, dont les journaux El Periodico et El Pais affirment que deux hommes armés se seraient retranchés dans un bar en plein centre de Barcelone, tenant en otage plusieurs personnes. Ce premier évoque alors des coups de feu dans le secteur de La Boqueria tandis que le journal El Pais déclare que le conducteur du véhicule se serait enfui à pieds. La maire de Paris, Anne Hidalgo dénonce alors cet « odieux et lâche » acte terroriste.

Suivie de Christian Estrosi, à 18h09

À 18h15, le consulat met en place un numéro d’urgence destiné aux français actuellement à Barcelone : (00 34) 93 270 30 35. Une cellule de crise est également ouverte au Centre de Crise du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères.

18h26, une source au sein de l’administration espagnole parle alors de deux victimes.

Une deuxième fourgonnette est recherchée aux environs de 18h30. Selon le journal El Pais, citant des sources policières, cette dernière pourrait être impliquée dans l’attentat. Une description ainsi qu’une plaque d’immatriculation son alors données afin de retrouver ce deuxième véhicule.

19h, le ministre de l’Intérieur de la Generalitat, le maire de Barcelone, le deuxième maire adjoint ainsi que des policiers se réunissent au centre de Coordination opérationnelle catalane pour suivre l’évolution de l’attaque. En parallèle, la circulation est totalement interrompue dans le centre de la ville. Melania Trump adresse ses « pensées et prières » pour Barcelone.

Il est 19h15 lorsqu’un conseiller municipal de Barcelone fait état de 32 blessés dont 10 dans un état grave, ainsi que d'une victime. Il s’agit du premier bilan officiel.

19h20, la police annonce qu’elle a identifié le loueur du véhicule, le journal El Pais diffuse donc le nom ainsi que la photo de l’homme. Au même moment, le maire de New York adresse ses pensées aux victimes.

19h30, Le secrétaire d’État américain déclare que les États-Unis sont « prêts à assister » les autorités espagnoles après l’attentat ayant frappé Barcelone. Selon certains médias espagnols, la CIA avait déjà alerté le gouvernement sur les importants risques d’attentats qui pesaient sur les lieux touristiques du pays.

À 19h52, le ministre des Affaires Étrangères exprime sa solidarité avec les victimes. Une cellule de crise destinée à répondre aux demandes des ressortissants français vivants en Espagne est par ailleurs ouverte à Paris.

Il est 19h55 lorsque le président Emmanuel Macron exprime « sa solidarité et ses pensées » sur Twitter.

Peu après, à 20h00, c’est Donald Trump qui s’exprime à son tour, condamnant ainsi cette attaque terroriste.

À 20h06, la police catalane annonce avoir arrêté un homme, et précise également que personne ne s’est retranché dans un bar, prenant des gens en otage, contrairement aux informations relayées par de nombreuses personnes.

20h18, un nouveau bilan officiel est dévoilé par le conseiller à l’Intérieur de la Catalogne, il fait état de 13 victimes et au moins 50 blessés.

20h45, la police abat un homme lors d’un contrôle qu’il a tenté d’éviter. Il a notamment renversé deux policiers (dont les jours ne sont pas en danger) avant de s’enfuir sous les tirs de ces derniers. Son corps a été retrouvé quelques kilomètres plus loin.

21h15, un autre bilan fait état de 13 victimes et 80 blessés, donc 15 gravement. Par ailleurs, deux personnes sont interpellées, l’un des suspects est identifié et son identité est rendue publique, il s’agit de Driss Oukabir. Barack Obama réagi à son tour sur Twitter, déclarant « les Américains seront toujours aux côtés de nos amis espagnols ».

Il est 21h30 lorsque l’attentat est revendiqué par l’État Islamique via son agence de propagande Amaq.

Aux environs de 23h, le gouvernement espagnol annonce alors plus de 100 blessés et 13 victimes. Par ailleurs, la police déclare qu’aucun des deux hommes n’est le conducteur de la fourgonnette.

À 23h30, la police annonce qu’une explosion dans un immeuble qui a eu lieu avant-hier serait en lien avec l’attentat d’hier. Elle déclare également que le conducteur du véhicule ayant tué 13 personnes et fait plus de 100 blessés est toujours en fuite.

Dans la nuit, une nouvelle attaque a lieu à Cambrils. La police annonce alors avoir abattu « cinq terroristes présumés » après qu’ils aient renversé plusieurs piétons à bord de leur Audi A3. Ils se heurtent alors à une patrouille des Mossos d’Esquadra, qui les abattent après une fusillade. Selon le porte-parole des Mossos, certains d’entre eux portaient des ceintures d’explosifs. Ce sont donc six civils et un policier qui ont été blessés dans cette station touristique en bord de mer. L’un des civils blessés est dans un état critique, ont annoncé les services d’urgence de Catalogne sur leur compte Twitter.

Aux environs de 7h, le quotidien espagnol El Mundo annonce que la police aurait arrêté un autre suspect lié à l’attaque de Cambrils. On apprendra un peu plus tard par le ministère de l’Intérieur que 26 blessés sont français, et 17 d’entre eux sont dans un état critique.

À 9h, la police catalane a interpellé un troisième homme en lien avec les attaques de jeudi, en Espagne. Peu après, il est annoncé que les ceintures d’explosifs portées par les assaillants de Cambrils étaient en fait factices.

12h, à Barcelone, une minute de silence est observée en hommage aux victimes. Trois jours de deuil national seront décrétés, du 18 au 20 août.

12h30, le bilan s’alourdit, avec une femme blessée à Cambrils qui succombe à ses blessures. Il y a donc 14 décès, et environ 130 blessés.

14h, la police catalane annonce avoir arrêté un quatrième homme dans la matinée.

Le bilan à 14h30, ce sont 14 personnes qui ont été tuées et 130 autres qui ont été blessées. Il y a un total de 34 nationalités parmi ces dernières. Le conducteur de la fourgonnette reste introuvable, quatre suspects ont été arrêtés et cinq autres ont été tués. Le parquet de Paris a par ailleurs ouvert une enquête pour terrorisme.

Partager cet article:
Réagissez a cet article !
Plus d'articles de cette catégorie

l'info

en direct
No items found.
Publicité

Tags

Le/La journaliste, ayant rédigé cet article, n'a pas souhaité y joindre de Tags.